Philosophie Et Science Dissertation Pdf To Excel

Current Graduate Students

Helpful Links

General Information

Health Information

Information for Teaching/Research Assistants (Financial aid)

Graduation Information

All degree candidates

Review the graduation information available on the TCU Graduate Studies home page (www.graduate.tcu.edu) as well as on the TCU Registrar’s home page (www.reg.tcu.edu).

Consult with your departmental graduate program director and your advisor to make sure you will have fulfilled all degree requirements at the time of graduation.

File an Intent to Graduate early in your last semester with the College of Science & Engineering Dean’s Office. Your transcript will be reviewed and your intent will be forwarded to the Registrar’s Office provided no issues are identified. We will contact your graduate director with any possible questions.

File your intent to graduate here: Intent to graduate

If you for whatever reason decide not to graduate in the semester for which you have filed an intent to graduate please file a Cancel Intent to Graduate form with the College of Science and Engineering Dean’s Office. Note that you need to re-file an Intent to Graduate for the new graduation date.

Cancel intent to graduate (PDF)

MS and Ph.D. degree candidates

If you are in an MS program requiring a thesis or in a Ph.D. program there are a number of additional steps to take before you can graduate.

Thesis/Dissertation writing: Please review the College of Science & Engineering Manual for the Preparation of Theses and Dissertations (PDF).

Thesis/Dissertation submission: The University no longer accepts the submission of paper copies of your thesis. The final version of your document is required to be submitted in two electronic formats, as a PDF file as well as in its native format (e.g. Word). For details on this process see the TCU Library Online Submission Guideline page.

There is a fee associated with the required archiving and publishing of your thesis or dissertation by UMI (Proquest). Bring the Thesis/Dissertation Publishing form to the financial services office for payment.

To expedite the reporting of your final thesis or dissertation grade request that your graduate advisor process the Thesis/Dissertation Grade Report form (available for faculty to download here).

If you are a Ph.D. candidate you are required to complete and submit to the College of Science & Engineering Dean’s Office the Survey of Earned Doctorates.

Refer to the Graduation Checklist to ensure that you have completed all the necessary paperwork.

Graduation Documents

Graduation Deadlines:

Manual for the preparation of theses and dissertations (PDF)

Thesis/Dissertation publishing form (Excel spreadsheet)
Thesis/Dissertation Publishing form (PDF)

Graduation checklist (PDF)

SED: For Ph.D. candidates only

The completion of the Survey of Earned Doctorates (SED) is required for graduation.

We appreciate your answering all the questions you can, but you may submit the survey with some answers left blank if you cannot locate or choose not to share any piece of information. Please see the graduation deadlines document above for last date of submission of the SED.

SED Survey link

Note: Once you complete the survey, an email notification screen will allow you to enter up to two e-mail addresses where you would like the notification of completion to be sent. You should forward the completion notification to m.rittby@tcu.edu. Your final approval for graduation will not be processed unless this notification is sent.

Des profs de philo ont planché comme vous toute la matinée du 18 juin sur les sujets du bac philo. Découvrez ici le fruit de leur réflexion...

Corrigé réalisé par Benjamin Derbez, professeur de philosophie.

Introduction
Nous avons spontanément tendance à penser que les sciences sont la source unique d'accès à des connaissances vraies de manière assurée. Bien sûr, il existe bien, au sein de chaque science particulière (science de la Nature ou science humaine) des questions auxquelles aucune réponse certaine n'est actuellement apportée. Quelle est l'origine de l'univers ? Comment la vie est-t-elle apparue sur Terre ? Ces questions sont toujours en débat au sein de la communauté scientifique. Néanmoins, nous pensons que le progrès scientifique nous permettra d'y répondre tôt ou tard, de sorte qu'un jour, toute question pourra recevoir une réponse scientifique, c'est-à-dire démontrée ou prouvée.
Cependant, n'existe-t-il pas des questions qui échappent par nature au pouvoir d'investigation scientifique ? Certaines questions ne se posent-elles pas à nous dont les réponses ne sauraient relever du régime de la preuve ou de la démonstration ? Les questions métaphysiques, concernant l'existence de Dieu ou l'immortalité de l'âme sont-elles justiciables des mêmes modes de connaissance que la Nature ou le comportement social humain ? Nous nous demanderons donc si la science a le monopole des réponses aux questions qui se posent à l'Homme ou si certaines questions ne sauraient recevoir une réponse de type scientifique.
Pour cela nous nous interrogerons d'abord sur l'idéal classique d'une science universelle, puis nous analyserons les limites de cet idéal qui fait de la science le modèle de toute connaissance vraie, afin, dans un dernier temps, de nous interroger sur les manières non scientifiques mais légitimes de répondre à certaines questions métaphysiques ou existentielles.

1- Les sciences sont-elles l'unique mode de réponse aux questions que l'Homme se pose ?
a) Partons de l'idée commune selon laquelle la pensée scientifique est le seul moyen d'atteindre des connaissances vraies. Bien sûr, il est toujours possible de donner une réponse à toute question. Mais encore faut-il que cette réponse soit correcte, valide, vraie, c'est-à-dire acceptable pour tous les esprits qui l'examinent, et non pas une simple opinion. Qu'est-ce donc, que répondre à une question de manière scientifique ? Il s'agit d'utiliser des méthodes sûres d'accès à une vérité que sont la démonstration et la preuve expérimentale. Moyennant l'utilisation de ces méthodes, la vérité d'une connaissance est garantie, établie, la réponse obtenue est de l'ordre de la certitude.


b) La démonstration est un processus de l'esprit rationnel qui permet de s'assurer de la vérité d'une idée par la liaison déductive établie avec d'autres idées mieux connues. Aristote la définit ainsi : « un discours dans lequel certaines choses étant posées, quelque chose d'autre s'en suit nécessairement. » (Analytiques I). Une vérité démontrée est nécessaire car déduite logiquement d'autres vérités qui la fondent. Le syllogisme est la forme canonique de la démonstration étudiée par Aristote. La science où les démonstrations sont les plus parfaites sont les sciences formelles, logique et mathématiques.


c) La puissance de conviction de la démonstration a conduit les penseurs modernes à vouloir l'ériger en modèle de toute science. Ainsi, on la retrouve au niveau des sciences expérimentales. En effet, les sciences de la nature tentent de déduire la connaissance de certains événements à partir de lois de la nature qu'elles ont établies grâce à l'expérimentation inductive. Mais les penseurs modernes ont également tenu pour possible de répondre de manière scientifique aux questions métaphysiques, d'ordinaire réservées à la méditation philosophique et à la religion, concernant des objets inaccessibles à l'expérience sensible (Dieu, l'âme, la liberté). L'idéal d'une métaphysique scientifique se retrouve ainsi chez Descartes par exemple, dans l'usage qu'il fait de la preuve ontologique de l'existence de Dieu. Preuve, a priori, qui ne met pas en jeu une expérience de la divinité et qui s'appuie uniquement sur le raisonnement démonstratif à partir du concept de Dieu. Dieu étant défini comme l'être souverainement parfait, il serait moins parfait s'il n'existait pas, donc, l'être souverainement parfait ne peut pas ne pas exister.
Cependant peut-on se satisfaire de cette vision impérialiste du mode de connaissance scientifique ?

2- La connaissance scientifique est-elle sans limites ?


a) Le projet d'une science métaphysique a rapidement été contesté. Naturellement d'abord par les philosophes sceptiques. Hume, par exemple, a remis en cause le cogito cartésien en montrant que la conscience ne donnait nullement accès à un moi intérieur unifié. Réveillé dans son « sommeil dogmatique » par les analyses huminennes, Kant a cherché, dans la Critique de la raison pure à établir les limites du pouvoir de connaître de l'entendement seul, c'est-à-dire, hors de l'appui de l'expérience sensible. Dans l'un de ses textes il en vient ainsi à critiquer les tentatives rationalistes pour prouver l'existence de Dieu. Selon lui, on ne saurait déduire une existence d'une essence. Ainsi, il est impossible de prouver, ni l'existence de Dieu, ni son inexistence. Les questions que l'on se pose au sujet des objets métaphysiques ne sont pas susceptibles d'obtenir une réponse de type scientifique.


b) Le positivisme scientifique s'est ainsi construit sur l'idée que la science ne pouvait apporter des réponses qu'en ce qui concerne des objets d'expérience possible, des faits. Pour Auguste Comte dans son Cours de philosophie positive, la science doit se contenter d'expliquer « comment » les phénomènes naturels et humains se produisent et ne jamais chercher à donner réponse à la question « pourquoi » ils se produisent ainsi et pas autrement, ce qui relève d'une interrogation métaphysique.
c) Cependant, faut-il pour autant renoncer à s'interroger sur les grandes questions métaphysiques ? Le fait qu'elles ne soient pas justiciables d'une réponse de type scientifique, démontrée ou prouvée par l'expérience, les rend-elles nulles et non avenue ?

3- En quoi est-il nécessaire de penser les questions qui n'ont pas de réponse scientifique ?


a) Kant, ayant établi les limites du pouvoir de connaître de la raison humaine et interdit le domaine métaphysique à son investigation, n'est pas pour le fossoyeur de la métaphysique. Au contraire, il s'estime l'avoir sauvé. En effet, s'il n'est pas possible effectivement d'établir un savoir, de connaître ce qu'il en est des objets métaphysiques (l'âme humaine est-elle immortelle, Dieu existe-t-il, l'Homme est-il libre ?), il est néanmoins capital de les penser. Autrement dit, il faut distinguer le domaine des questions simples, auxquelles on peut espérer trouver une réponse unique vraie, et les problèmes, qui, selon la définition d'Aristote, sont « les questions au sujet desquelles il existe des raisonnements contraires ». Ainsi, il existe des objets au sujet desquels nos questions sont essentiellement problématiques, au sens où on ne peut espérer leur donner une réponse simple et exclusive. Les objets métaphysiques sont de ceux-là. Mais si on ne peut espérer obtenir une certitude scientifique à leur égard, il n'empêche qu'il est nécessaire de les penser, de les méditer.


b) Cela est nécessaire notamment du point de vue pratique. Les enjeux pratiques concernant les questions que nous avons évoquées sont, en effet, capitaux. Se penser comme libre, penser qu'un Dieu existe peut donner sens à l'existence et à l'action humaine. Il peut donc être considéré, si l'on suit Kant, que l'existence de Dieu est une vérité moralement nécessaire. Ainsi, la réponse donnée à cette question n'est pas une certitude scientifique mais une certitude morale.


c) Il faut donc distinguer l'ordre pratique et l'ordre théorique. La science est du domaine théorique de la vérité des connaissances. Tandis que du point de vue existentiel, moral, pratique, des questions se posent, qui nécessitent qu'on leur apporte des réponses bien que celles-ci ne puissent être de type scientifique.

Conclusion
Il existe donc bien des questions essentielles (métaphysiques, existentielles, religieuses...), qui ne relèvent pas du régime de réponse scientifique, à commencer certainement par la question que pose le sujet auquel nous venons de répondre !

 

 

 

Categories: 1

0 Replies to “Philosophie Et Science Dissertation Pdf To Excel”

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *